lundi 31 juillet 2017

Seul sur Mars


Au départ c'est un roman de l'américain Andy Weir, "The Martian", qui a eu l'idée originale de le publier en ligne en 2011.

Devant le succès rencontré, le réalisateur Ridley Scott l'adapte au cinéma en 2015, sous la surveillance de l'auteur et la collaboration de Drew Goddard.

C'est Matt Damon qui incarne le rôle principal.

L'équipage de la mission de la NASA Aries III est à l'oeuvre sur la planète rouge quand une tempète se lève, obligeant le commandant à ordonner l'évacuation des astronautes.
L'un d'eux, Mark Watney, est emporté par le vent et, frappé par un débris volant, il est supposé mort par ses collègues qui décollent et font route vers la Terre.

Le lendemain, Mark, seulement blessé, constate qu'il est désormais seul sur Mars.
Il va devoir, par ses seules connaissances, son intelligence et son astuce, se maintenir en vie en espérant qu'une mission de secours vienne le chercher.

Salué par les spécialistes en astronautique et les ingénieurs de la NASA comme étant vraisemblable, le scénario nous permet de suivre les efforts de Mark  et de nous attacher à lui tout en suivant les réactions, les enjeux et les solidarités qui se mettent en branle sur Terre.

De très belles images nous immergent dans le désert martien comme dans la station.
Un solide casting et une superbe musique soutiennent une intrigue plus profonde qu'il n'y parait.

En effet, évitant les poncifs et les grandes phrases lourdingues, on est témoins d'une fable sur la solidarité qui entre en résonance avec l'actualité : tendre la main à ceux que les aléas isolent sur le bord du chemin...

video

video

video

samedi 29 juillet 2017

Samir Tlatli, poète de la focale


Samir Tlatli est un photographe né en 1975 à Tunis et qui vit et travaille à Paris.

Après des études de gestion et de marketing à l'université de Carthage, il se prend de passion pour la photographie et décide d'en faire son métier.
Pour cela il se forme à la Prague Film School avant de venir se perfectionner à Paris.

Ses images, très techniques, sont toujours empreintes de poésie et ont souvent plusieurs niveaux de lecture.

Son inspiration est très variée et va de la mise en situation de personnages

Fragile 3


Eclosion 4

L'attente II

L'attente


aux vues nocturnes de métropoles

Lune de miel

Nature urbaine

en passant par des commandes commerciales



jusqu'à ces abstractions délicates et oniriques de la série "Impacts"





ou cette délicieuse "Eau de rose"


et ce virtuose "Tourbillon de la vie"


Poésie et photographie, si vous en doutiez encore, font décidément très bon ménage...

mercredi 26 juillet 2017

Herbert Léonard, singing lover

video

Cette chanson, signée par Vline Buggy et Julien Lepers, me semble une bonne entrée en matière pour parler de Herbert Léonard.

De son nom de baptême Hubert Loenhard, cet artiste a vu le jour le 25 février 1945 à Strasbourg.

C'est à 16 ans qu'il se lance dans la musique en fondant le groupe rock The Jets.
Après son service militaire, il rencontre un autre groupe, Les Lionceaux, dont il devient le chanteur.

A partir de 1967, il entame une carrière solo avec "Quelque chose en moi tient mon coeur".

Entre 1971 et 1980, ses productions ne rencontrent pas le public et Herbert devient pigiste dans le journal Aviation Magazine.
Il deviendra un spécialiste reconnu des appareils soviétiques de la Seconde Guerre Mondiale.

En 1980, Vline Buggy découvre le jeune compositeur Julien Lepers et pense que son style conviendrait bien à Herbert, s'il voulait renouer avec la musique.

"Pour le plaisir" est un grand succès et relance Herbert Léonard.

Les deux auteurs, auxquels viendra se joindre Jacques Carmona, vont composer la grande majorité du répertoire d'Herbert.

"Laissez nous rêver"
video

"Tant qu'elle aura besoin de moi"

video

"Flagrant délit"


video

On lui a proposé aussi d'interpréter le générique de la série télévisée Châteauvallon, "Puissance et Gloire"

video

Au début des années 2000, il enregistre en duo avec Gérard Rinaldi, "Un homme fragile" :

video

Mais une des chansons que je préfère c'est ce titre, toujours signé Buggy et Lepers : "Jaloux de vous"

video

J'espère qu' Herbert Léonard recouvrera la santé prochainement et coulera encore des jours paisibles à Barbizon.

lundi 24 juillet 2017

Bellus

Je vous ai déjà parlé du plaisir que j'avais, enfant, à feuilleter le magazine France Dimanche chez ma grand-mère. Surtout pour les pages de dessins humoristiques.

Après vous avoir présenté Jacques Faizant, André Gondot, Edmond Kiraz, je vous propose de (re)découvrir Jean Bellus.


Dessinateur, né à Toulouse le 22 juillet 1911, il collabore à différents journaux dès 1937, de Point de Vue à Paris-Presse en passant par Jours de France.

Il décède à Paris le 15 janvier 1967.

Retrouvons ses héros, la jolie Clémentine et ses parents :

Et c'est pour "ça" que tu as l'intention de nous faire voter ?

J'en ai réussi une !

Je dois vous faire un aveu, Barbara, le catcheur masqué ce n'est pas moi
Tout ce qu'on te demande, c'est de ne pas abîmer tes vêtements
Demande plutôt conseil à Monsieur, il doit s'y connaître, lui !


N'en profite pas pour téléphoner à tes fiancées d'avant guerre !
J'espère que ce n'est pas considéré comme un signe extérieur de richesse !

A cette heure ci, chez le poissonnier, on n'a plus guère le choix...

Ce n'est pas un reproche, mais tu t'habilles toujours trop jeune.
J'ai retrouvé les lettres que tu m'écrivais quand nous étions fiancés : c'est à mourir de rire !
"Les Dieux du Stade" ! Voilà l'expression que je cherchais !
C'est fini ce tapage ?

Voilà, dès que les vacances se terminent, les gens du pays reprennent leurs petites habitudes...
Laisse moi tranquille, je flirte !

C'est une copie !


samedi 22 juillet 2017

Sam Van Aken, artiste bio


Sam Van Aken est un artiste plasticien étatsunien, né en 1972 à Reading (Pennsylvanie), qui exerce comme professeur de sculpture à l'Université de Syracuse (Etat de New-York).

En 2008, alors qu'il cherche un endroit où faire pousser un arbre à l'infloraison multicolore pour un de ses projets artistiques, il se porte acquereur d'un terrain d'1,2 hectare appartenant au New York State Agricultural Experiment Station, alors en butte à des restrictions budgétaires.

Ayant grandit dans une ferme, il sélectionne, parmi les 250 espèces d'arbres qui y prospéraient, une quarantaine de greffons qu'il reporte sur un seul et même arbre.


Grâce à ses soins avisés, les greffes prennent et l'arbre produit comme souhaité, une gamme de fleurs aux couleurs aussi variées que leur espèces originelles : roses, pourpres, violettes et blanches..


Des fleurs, on passe aux fruits !
Et c'est une collection extraordinaire de 40 variétés de fruits à noyaux qui s'épanouissent sur l'arbre.

Sam Van Aken a réussi à ce jour à reproduire 16 arbres fruitiers multiples : pêches, prunes, abricots, nectarines, cerises ou encore amandes !



Une vidéo pour bien comprendre cette performance, mi artistique, mi magique ou démiurgique:

video


mercredi 19 juillet 2017

Hiba Tawaji, l'étoile du Liban


Dans certains pays il n'est pas facile pour une petite fille de s'adonner à sa passion.

Hiba Tawaji est de celles-là.
Née à Beyrouth le 10 décembre 1987, elle s'initie à la musique et au chant mais s'abstient de le faire à la maison, devant ses parents.

C'est au collège qu'elle peut s'épanouir artistiquement puis, de 2002 à 2006, elle prend des cours de chant et de solfège à l'Ecole des Arts Ghassan Yammine.

A l'université, elle décroche un diplôme en études audiovisuelles et cinématographiques tout en suivant des cours de chants lyriques avec la cantatrice Galina Khaldeeva.

Ces formations lui permettent de réaliser ses premiers clips et de participer à quatre comédies musicales signées Ousama Rahbani pour la musique et Ghadi Rahbani pour les lyrics.

Son dernier album en date reprend d'ailleurs plusieurs morceaux tirés de ces spectacles :


"Aarafta am la"
video


"Enta al fallayt"

video

"Eza rejih w alli bhebbik"

video


Après son passage à The Voice 4 sur TF1, où elle atteint la demi-finale et participe à la tournée, elle produit cette chanson hyper calibrée et plutôt fadasse :

"Comme un symbole"

video


Plutôt regrettable, quand on considère la qualité de son répertoire "libanais" ! Jugez vous même :

"Min elli byekhtar"

video

lundi 17 juillet 2017

Bernhard Vogel, cumulard unique en son genre


Bernhard Vogel est un  homme politique allemand, militant depuis toujours du parti conservateur CDU.

C'est en temps que député fédéral (il a été élu en 1965) qu'il est appelé à participer au gouvernement régional de Rhénanie-Palatinat (Rheinland-Pflaz) par le Ministre-Président de l'époque, Peter Altmeier, pour occuper le ministère de l'Education.





Il tient le poste pendant 9 ans et demi et succède à Helmut Kohl qui a remplacé Altmeier en 1969, le 2 décembre 1976.

Il va remporter 3 scrutins successifs mais devra quitter le pouvoir en 1988 après avoir perdu l'élection pour le direction régionale du parti.

L'histoire pourrait s'arrêter là, mais l'anecdote ne vaudrait pas qu'on s'y attarde.

En effet, le pouvoir est une drogue puissante.

Suite à la réunification de l'Allemagne, un nouveau Land, issu de la RDA, a vu le jour : la Thuringe (Thüringen).





Bernhard Vogel se fait désigner par la CDU locale pour disputer les élections de 19992 et les remporte.

Après avoir dirigé la Rhénanie-Palatinat pendant 12 ans, il reste à la tête de la Thuringe 11 ans et 4 mois !

Il ne prend sa retraite politique qu'en 2003.

Il est à ce jour, le seul homme politique allemand a avoir exercé la direction de deux régions différentes.
Il est même, sauf erreur, le seul au monde, issus d'élections démocratiques, dans ce cas, tous états fédéraux confondus !

Ah, pas facile de décrocher, n'est-ce pas ?


samedi 15 juillet 2017

Gratter Dédé

En 2002 la Française des Jeux a proposé un nouveau jeu à gratter baptisé Dédé.

Deux clips animés hilarants, proposés par l'agence Callegari Berville, en ont fait la promotion sur les petits écrans.

Voici le premier où les deux oies expliquent à Patrice, le cochon, en quoi consiste le jeu :

video

Le réalisateur Pierre Coffin est également l'auteur de la suite où Patrice, enfin au parfum, inverse les rôles :

video


mercredi 12 juillet 2017

Bernard Dimey, poète montmartrois


Si vous avez moins de 50 ans vous ne devez pas connaitre cet homme.
Et c'est bien regrettable.

Bernard Dimey est né le 16 juillet 1931 à Nogent-en-Bassigny (Haute Marne).
D'abord homme de radio, il s'intéresse à la peinture et à 25 ans il vient s'installer à Paris, sur la Butte Montmartre.
Il se laisse guider par la muse de la poésie et publie plusieurs recueils.
Plusieurs de ses textes deviendront des chansons pour Serge Reggiani, Mouloudji, Zizi Jeanmaire, Henri Salvador ou Patachou.

C'est à Montmartre qu'il décède le 1er juillet 1981.

Un de ses poèmes mis en musique le plus connu est sans doute "Syracuse", immortalisé par Henri Salvador :

video

On n'oubliera pas non plus le délicieux "Mémère" interprété par Michel Simon :

video

ou encore "Mon truc en plume" pour Zizi Jeanmaire :

video

et "Si tu me payes un verre" chanté par Serge Reggiani :

video

Bernard Dimey a enregistré aussi ses propres textes comme "Les voiles des bateaux"

video


"L'enfance"

video

"La nuit"

video

"L'assassinat"

video

"Les Enfants d'Attila"

video

lundi 10 juillet 2017

Aquaball, une boule sur la plage

On rencontre sur les plages depuis quelques temps une nouvelle discipline plus ludique que sportive.

L' aquaball - c'est son nom - se compose d' une sphère de plastique transparent dans laquelle le baigneur s'infiltre.
Le jeu consiste à se déplacer à la surface de l'eau, debout ou à quatre pattes, en faisant rouler la boule.

Et comme la sphère d'aquaball sert de rembourrage et de protection, certains ne s'embarrassent pas de costume !
La preuve en images :

video

samedi 8 juillet 2017

Anagram, le jeu qui délire

Le 6 février 1985 à 19h45, TF1 présenta un nouveau jeu télévisé à la place des Actualités Régionales, désormais diffusées uniquement sur Antenne 2.

Ce programme avait été proposé par deux néophytes en la matière, Daniel Chabouis et Denis Martinez.

Anagram fait appel à la connaissance, l'intuition et la mémoire en faisant s'affronter deux équipes, composées d’un anonyme et d’une personnalité qui jouent avec les lettres et la culture générale pour remporter des cadeaux. 

La première manche de la partie s’intitule « Alphagram »
À tour de rôle, les participants doivent mémoriser les lettres d’un mot. Sur leur écran, six autres mots défilent ensuite : à eux de dire si ces derniers contiennent les mêmes lettres que le premier.

Au cours de la « Question magique », un illusionniste présente un tour en plateau. 
L’animateur pose ensuite une question commune aux deux équipes. 
La bonne réponse, ou la plus proche (s’il s’agit d’années ou de chiffres par exemple) permet de remporter les points.

Vient ensuite « Betagram »
Dans cette manche, inspirée du Jeu du Pendu, une expression, un titre de chanson ou de film est masqué. 
Chacune leur tour, les équipes proposent une lettre, qui apparaît si elle est contenue dans l’expression à retrouver. 
Elles peuvent alors proposer leur réponse.

En fin d’émission, l’ « Arbagram » met les gagnants à l’épreuve de l’arbalète. 
Il s’agit de viser dans le mille pour gagner les cadeaux!

À noter que tout au long du jeu, deux hôtesses donnent des indices au sujet des questions et expressions. 
Côté connaissance, François Angelier, l'arbitre, apporte des éléments de précision, muni de ses dictionnaires et encyclopédies.
Présenté du 6 février au 29 juin 1985 par le comédien Michel Constantin, Anagram est animé pendant l'été par plusieurs personnalités du spectacle (Gérard Klein, Annie Cordy, Claude Piéplu, Roger-Pierre, Georges Descrières...)


Pendant cette période, on est en présence d'un  jeu sérieux comme tant d'autres.

Tout bascule le 9 septembre.
Pour la rentrée, la chaîne a eu l'idée saugrenue de demander à l'humoriste-comédien Daniel Prévost de prendre la relève.

Et il va en faire un numéro invraissemblable, entre happening loufoque et délire burlesque qui vaudra à TF1 un déluge de protestations, entraînant le programme vers une fin prématurée, le 20 décembre 1985.

Moins d'un an à l'antenne, mais ceux qui l'ont suivie gardent un souvenir reconnaissant à l'histrion génial de les avoir fait bien rire, du lundi au samedi juste avant le Journal de 20 heures !

Voici, en deux parties, l'émission avec Sim :


video


video

Et pour terminer, deux florilèges des extravagances du sieur Daniel Prévost :


video


video